Le mariage algérien : Une semaine de fête

Le mariage algérien dure à peu près une semaine, en comptant deux jours pour la préparation des gâteaux de toutes sortes. Si les traditions diffèrent d’une région à l’autre, on retrouve certains points communs avec les autres mariages maghrébins. Quoique, la cérémonie algérienne reste unique…

Pour un mariage algérien traditionnel, on fait rarement appel à un traiteur : gâteaux et plats sont préparés à la maison ! La vraie particularité est que la fête se déroule, et chez le futur mari, et chez la mariée.  Et surtout, contrairement au reste du Maghreb, le fiancé n’est pas laissé « sur la touche » les trois quarts de la fête, il est tout aussi à l’honneur que sa promise.

Entre préparatifs et festivités

La préparation des repas commence le mercredi à peu prés. Les hommes sacrifient un mouton ou une vache selon le nombre d’invités. Les femmes, elles, seront aux fourneaux pour préparer gâteaux et plats.

Il faut aussi compter un jour pour le hammam. La mariée, entourée des femmes de sa famille, se rend au bain public. Les femmes les plus âgées veillent au respect de la tradition.  Lueurs de bougies, chants religieux et youyous ininterrompus marquent ce bain si spécial. Vient ensuite la cérémonie de « El Khouara ». C’est la mère de la mariée qui organise cette fête pour ses amies et ses proches.  La fiancée défile dans différentes tenues, et boissons et dragées sont distribuées tout au long de l’après midi.  Plus la famille est riche, plus la jeune femme aura de robes et devra se changer.

Le lendemain, place au « el taâliq ». C’est le repas du henné. Toutes les femmes aident pour préparer le trousseau de la mariée.  Celle-ci est installée dans une chambre, habillée de la robe « charb ezdaf ».  Un habit coûteux, composé d’un « binouar », robe fleurie sans manches arrivant aux chevilles. Une robe coûteuse, mais dont les broderies fines en forme de fleur sont sans égal. Ce jour là, les femmes de la famille du mari arrivent chez la fiancée avec une valise blanche, c’est le « jehaz » de la mariée pleine de jupons, de sous-vêtements, de savon et parfois même de parfum.  La tradition veut que personne ne touche ni ne voit le contenu de la valise.  En Algérie, ce sont des jeunes filles de la famille du marié qui s’occupent du henné, signe de bienvenue dans la famille.  Deux jeunes filles se tiennent debout de chaque côté de la mariée, une longue bougie torsadée à la main. C’est à ce moment là que la fameuse valise blanche est dévoilée sous les youyous. Ensuite, c’est aux invitées d’offrir des cadeaux. Le plus souvent, elles mettront de l’argent dans un plateau prés du fauteuil de la mariée.  La famille du fiancé passe toute la nuit chez la mariée, même si le lendemain, tout ce petit monde ira faire la fête chez les parents de Monsieur !

La mariée rejoint son homme

Si la mariée se rend enfin chez sa belle famille, la fête n’est pas pour autant terminée ! La fiancée se rend de nouveau chez le coiffeur pour une belle coiffure et un nouveau maquillage. Un cortège démarre de chez le fiancé,  des voitures sont décorées de rubans et de fleurs, et les klaxons alertent tout le quartier. Le marié est accompagné de toutes les filles et les femmes de sa famille, le plus souvent vêtues de blanc. Le marié entre chez ses beaux parents et ressort, accompagné de son épouse.  Ici, quelques larmes coulent abondamment : la tradition veut que la maman de la mariée ne l’accompagne pas dans sa nouvelle demeure,  et le père, lui, se contente de l’accompagner à la voiture de son mari. Seules les jeunes filles iront avec elle, et passeront la nuit chez sa belle famille. Ensuite, c’est la séance photos, dans un endroit que le nouveau couple a choisi d’avance. Ce n’est que le soir venu qu’on se rendra dans la maison du marié, ou dans une salle des fêtes louée pour l’occasion.

La belle mère accueille la mariée avec du lait et des dattes, parfois une clé aussi, signe de bonne entente et de fécondité du couple. Ce soir là, a lieu une autre cérémonie de henné, sauf que cette fois, c’est le marié qui est à l’honneur, le tatouage lui est réservé, et il recevra même des cadeaux et de l’argent lui aussi ! C’est là la magie du mariage algérien, le fiancé n’est pas au second plan.  Le couple découpera la pièce montée sous les applaudissements des invités, et s’en suit la fin de soirée.

Le lendemain marque le dernier jour du mariage (enfin ?). Un repas est donné en l’honneur des parents de la mariée, venus voir leur fille.  La tradition veut, que pendant les sept jours qui suivent, la mariée ne sorte pas de chez elle, ni n’accomplisse aucune tâche ménagère. Puis, le nouveau couple pourra profiter de sa lune de miel, dans un endroit que la coutume préfère garder secret ! Pour éviter que tout ce petit monde ne suive le couple pour une autre semaine de fête ?

Suivre Yabiladies
Soyez le premier à donner votre avis...
Pour pouvoir poster un commentaire, veuillez vous authentifier: